Mambo pour le musée du Louvre

À propos de la collaboration de Mambo avec le musée du Louvre

"Je suis franco-hongrois, né au Chili. J’ai eu la chance de recevoir une éducation métissée, faite à la fois d’académisme et d’ouverture sur le monde, nourrie de classicisme et d’art non-conventionnel. Je suis venu à la création par le graffiti (j’ai fait mes premières fresques sur les palissades du chantier de la Pyramide du Louvre) puis je me suis passionné pour l’art moderne et contemporain à travers le monde.

Mon chemin de vie et mon parcours d’artiste sont tous deux hybrides et font que j’affectionne particulièrement l’idée de créer des ponts, entre les ères, les sociétés et les cultures, avec l’idée, au fond de moi, de rapprocher les gens, les générations et les publics et de démontrer ainsi que les liens entre ces mondes sont nombreux. C’est pourquoi collaborer avec le musée du Louvre est pour moi un honneur et une joie qui, je l’espère, seront ressentis par tous. - Mambo."

Voir la collection Jocondomania by Mambo, pour le musée du Louvre

À propos de Mambolisa

La Mambolisa est un pont entre deux ères, un aller-retour dans le temps, une rencontre entre deux styles mais aussi deux époques, deux sociétés si différentes. La vie a changé, l’art a changé, les femmes ont changé. Les mystères autour de ce portrait eux aussi évoluent : pourquoi la Joconde a-t-elle perdu son sourire ? Pourquoi a-t-elle l’air si blasée désormais ?

"J'aime penser que la Joconde a vécu chaque instant de sa vie de tableau comme si elle était un être vivant : elle a tant vécu à travers les siècles de voyages, les millions de spectateurs, après avoir été volée pendant 2 ans et tant d'autres aventures encore... qu'elle en est devenue complètement blasée, plus rien ne l'étonne. J'aime aussi masquer son célèbre sourire pour me concentrer sur son regard, l'observer sous un angle différent, détaché des idées reçues, et livrer ainsi une vision contemporaine de cette dame icône que nous aimons tant. - Mambo."